full screen background image

Blog

décembre 2, 2021

Osiel Gouneo, Ballet de Munich, Allemagne

Célèbre pour ses sauts incroyables et sa technique impressionnante, Osiel est un peu considéré comme un ovni dans le milieu de la Danse classique. Formé à l’école Nationale de Ballet de la Havane, comme tout danseur cubain talentueux, il suit les traces de ses prédécesseurs en rejoignant le Ballet National de Cuba à l’âge de 18 ans. Il ne lui faudra que trois petites années pour accéder au titre d’Etoile. Avide de nouveaux challenges, il quitte son île pour le froid d’Oslo où le Ballet de Norvège l’accueille pour trois saisons. Invité dans de nombreuses compagnies internationales, il danse notamment à Londres, Moscou et New-York, c’est finalement au Ballet de Munich qu’il décide de se fixer, en tous cas pour le moment…

Bien sûr, il a remporté bon nombre de prix… Parmi eux, la médaille d’or au Grand Prix de Cuba et au Concours International de Pékin, la médaille d’argent au Concours de Varna et le Prix de la meilleure révélation sur la scène internationale lors de la cérémonie annuelle des Positano Awards.

janvier 25, 2019

Igone de Jongh, Het Nationale Ballet, Pays-Bas

Igone de Jongh a grandi dans la ville hollandaise d’Haarlem. C’est à l’âge précoce de six ans, après avoir vu « La Belle au Bois Dormant » à la télévision qu’elle a découvert la danse, une vraie révélation !

Après ses études secondaires, elle se forme à l’Académie du Ballet National d’Amsterdam puis à l’Ecole du Ballet Royal de Londres.

En 1995 et 1996, elle remporte les prix « Incentive Prize Dansersfonds ’79 » et « Arnold Haskell » en tant que jeune danseuse prometteuse. En 2000, elle reçoit l’ « Incentive Prize 2000 » et en 2003,  le prix Alexandra Radius.

Actuelle Etoile du Ballet National de Hollande, elle est la seule danseuse de la compagnie à être passée par tous les grades, depuis celui d’aspirante, en 1997, pour atteindre le titre d’Etoile en 2003 à l’âge de 24 ans.

Igone De Jongh est connue pour ses interprétations exceptionnelles du grand répertoire classique, notamment dans Romeo et Juliette, Le Lac des Cygnes, Giselle, La Belle au Bois Dormant ou encore dans Casse-Noisette.

Elle est aussi apparue dans La Bavadère dans La Sylphide de Bournonville, dans Agon, Appolon et Jewels de Balanchine, ainsi que dans des ballets chorégraphiés par William Forsythe, Ted Brandsen, David dawson et Wayne Eagling.

Elle demeure la muse incontestée du chorégraphe Hans van Manen.

Réunissant classicisme et modernité, elle a également fait une apparition dans le clip vidéo « Birds » de la célèbre chanteuse hollandaise Anouk lors du concours de la chanson de l’Eurovision.

igone

janvier 23, 2019

Besim Hoti, Danseur Freelance, Allemagne

C’est à la Codarts Rotterdam Dance Academie que Besim est formé. En 2007 il rejoint le Scapino Ballet de Rotterdam, d’abord en tant que danseur invité puis en tant que membre de la compagnie à part entière. Il continue néanmoins à participer à de grands projets notamment avec la Conny Janssen Danst ou encore à l’Illumenation par Felix Landerer. En 2013 il rejoint le théâtre de la ville de Saarbrücken. Actuellement danseur freelance, il voyage de projet en projet.

La chorégraphie qu’il nous propose aux Hivernales de la Danse a été réalisée en duo avec Hsin-I et a été primée au 29è Concours International de Chorégraphie : 3ème prix et prix du public.

Lors de sa carrière il a principalement dansé dans des créations de Ed Wubbe, Marco Goecke, Felix Landerer et Alessandro Perreira.

janvier 20, 2019

Constantine Allen, Het Nationale Ballet, Amsterdam

Originaire d’Indianapolis, Constantine passe pourtant son enfance à Hawaii où il commence la danse à l’âge de 5 ans, au sein de l’Académie de Danse du Pacific Ballet à Honolulu.

En 2007 au Youth American Grand Prix, il remporte la médaille de bronze lors de la finale à New-York dans la catégorie junior. Dans la foulée, il reçoit une bourse d’études pour la très prestigieuse école de Ballet du Kirov ou il y étudie avec Vladimir Dioulouhadze et Anatoli Kucheruk de 2007 à 2010. Il tente à nouveau le concours en 2008 et se voit à nouveau récompensé de la médaille de bronze dans la même catégorie. En 2010, il change de style et s’entoure de Peter Pestov et Tadeusz Matacz à l’école de John Cranko à Stuttgart. En 2011 il participe à la Tanzolymp Competition à Berlin, remportant le Grand Prix.

Jeune gradué, il rejoint le corps de ballet du Ballet de Stuttgart, y est promu demi-soliste à peine six mois après, pour accéder au grade d’Etoile en 2014, une ascension fulgurante !

Avide de nouveaux chalenges, il rejoint les Grands Ballets Canadiens avant d’être soliste invité au Ballet National Allemand, pour finalement intégrer ce même ballet au début de la saison 2018-2019 en tant qu’Etoile.

janvier 20, 2019

Vito Pansini, Béjart Ballet Lausanne, Suisse

Vito débute la danse au Théâtre de la Scala de Milan à l’âge de onze ans. En 2008, il entre en tant que soliste dans la compagnie du Théâtre de Turin sous la direction de Loredana Furno et y reste six ans. Il collabore régulièrement avec Luciana Savignano et Eleonora Abbagnato sur différentes productions.

En 2014, il rejoint le Béjart Ballet Lausanne et ajoute à son répertoire Le Presbytère n’a rien perdu de son charme, ni le jardin de son éclat de Béjart.

En 2016, il participe à la création de Corps-Circuit de Julio Arozarena, de Swan Song de Giorgio Madia, et de t ’M et variations… de Gil Roman, puis à celle de Dixit, écrit et mis en scène par Marc Hollogne, sur des chorégraphies de Maurice Béjart et Gil Roman en 2017. Il danse dans Syncope de Gil Roman et Ku de la chorégraphe invitée Yuka Oishi.

t ‘M et variations… © BBL – Ilia Chkolnik

Photo de couverture : Vito Pansini © BBL – Jennifer Santschy

janvier 20, 2019

Gabriel Arenas Ruiz, Béjart Ballet Lausanne, Suisse

Gabriel commence la danse à l’âge de six ans à Liège. Il étudie sous la supervision d’Edith Quignon à l’Académie Grétry, où il suit le cursus Humanités chorégraphiques. En 2007, il intègre l’Ecole-Atelier Rudra Béjart Lausanne qu’il suit pendant un an, avant de rejoindre le Béjart Ballet Lausanne en septembre 2008. Il reprend les rôles principaux de ballets de Maurice Béjart, tels que Brel et Barbara, Le Mandarin merveilleux, Casse-Noisette et Le Presbytère n’a rien perdu de son charme, ni le jardin de son éclat. Il participe principalement aux créations de Gil Roman : Aria, Syncope, Là où sont les oiseaux, Anima Blues, Kyôdaï, 3 danses pour Tony, Impromptu pour Peralada et t’M et variations… Il danse aussi le rôle de Tamino dans La Flûte enchantée. En 2017, il participe à la création de Dixit, écrit et mis en scène par Marc Hollogne, sur des chorégraphies de Maurice Béjart et Gil Roman.

Gabriel est maintenant une figure emblématique de la compagnie puisqu’il y évolue en tant que 1er soliste.

Brel et Barbara © BBL – Didier Philispart

Photo de couverture : Gabriel Arenas Ruiz © BBL – Jennifer Santschy

janvier 20, 2019

Hsin-i Huang, Artiste Freelance, Allemagne

Diplômée de l’Université Nationale des Arts de Taipei, Hsin-i s’envole vers une carrière mouvementée, voyageant de projet en projet, de compagnie en compagnie…

Invitée au Ballet de Hongrie, au Gloud Gate Dance Theater, au National Chiang Kai-Shek Cultural Theater, elle participe aussi au Tari Festival en Malaisie ainsi qu’au Global Dance Festival de Düsseldorf. Elle se pose ensuite au Théâtre de la Ville de Darmstadt tout en continuant à prendre part à différents projets. Elle rejoint ensuite le Ballet de la Ville de Hanovre, durant deux saisons, où elle travaille le répertoire de Stephen Thoss, Matz Ek ou encore Nacho Duato. En 2008 elle pose ses valises au Théâtre de la Ville de Munich, où elle restera 4 saisons. Riche de toutes ces rencontres avec les chorégraphes du monde, elle décide à nouveau de bouger… En 2013, avec la Landerer and company, elle participe à Illumenation de Feix Landerer. La même année, avec le Théâtre National de la Sarre, elle danse dans Walking Mad de Johan Inger et dans Cacti d’Alexander Ekman.

En 2015, lors du 29è Concours International de Chorégraphie, « Some Think Completly Different », une chorégraphie qu’elle a réalisée avec Besim Hoti, remporte le 3è prix, ainsi que le Prix du Public, la plus belle récompense !

janvier 19, 2019

Aki Saito, Ballet Royal de Flandres, Belgique

Née au Japon, Aki y apprend l’art de la danse dès son plus jeune âge. Elle remporte le 1er Prix au Coucours des Jeunes Danseurs au Japon en 1990 et la médaille d’or au Concours International de Houlgate en France. Elle est récompensée du « Fresh Prize » par le comité d’éducation d’Iwate au Japon et reçoit une bourse d’étude au Prix de Lausanne en 1991 qui lui permet de continuer son apprentissage de la danse à l’école de Ballet d’Anvers. En 1994, elle entre au Ballet Royal de Flandres sous la direction de Robert Denvers en tant que demi-soliste pour devenir, en 1998, première soliste. C’est en 2004 qu’elle accède au grade très convoité de Principal, et a dansé depuis, tous les grands rôles du répertoire classique et contemporain de la compagnie. Une nouvelle version du Lac des Cygnes a été créée pour elle et son partenaire Wym Vanlessen par Marcia Haydée.

Aki est régulièrement invitée dans de nombreux Galas Internationaux comme le Gala des Etoiles à Paris, le Prix de Lausanne, le « Dancesalad » à Huston, le Gala de Prague, le Festival du Ballet de Aoyama à Tokyo; ou comme danseuse invitée dans diverses compagnies, telle le Ballet de Santiago. Elle a également fait partie du Gala International précédent les Jeux Olympiques de Nagano en 1998.

Quand son emploi du temps lui autorise, elle juge les talents de la nouvelle génération. On a pu la compter dans le jury du Prix de Lausanne en 2003, 2005 et 2007 ainsi qu’au Prix Carpeaux en 2009. En 2007, elle reçoit le Prix de la Critique de « Ballet 2000 » à Cannes.

Sa carrière exceptionnelle au Ballet de Flandres vient d’être célébrée lors de sa dernière apparition en tant qu’Etoile, fin 2018, marquant sa transition professionnelle. Elle officie actuellement en tant que professeur à l’Ecole de Ballet d’Anvers, pour le plaisir et la fierté de ses nouveaux élèves.

aki

janvier 1, 2019

Wim Vanlessen, Ballet Royal de Flandres, Belgique

Wim Vanlessen, a fait ses études à l’école du Ballet Royal à Anvers. A l’âge de 17 ans il remporte la médaille d’argent au Concours International de danse d’Houlgate ainsi que le Prix Professionnel au Concours International de Lausanne. Ses études terminées, il est engagé au Ballet Royal de Flandres où il devient rapidement soliste puis Etoile.

Ses brillantes interprétations dans « La Belle au Bois Dormant », « Le Lac des Cygnes », « Giselle », « La Bayadère », « Roméo et Juliette », « Les quatre tempéraments », « Thème et Variations », « Divertimento N°15 », « Apollon », sont saluées par la presse international de façon unanime.

Il travaille avec les plus grands chorégraphes actuels, reprenant, ou créant, des rôles comme « In the middle somewhat elevated », « Herman Schmerman », « Artifact », « Impressing the Czar » (Forsythe), « Return to the strange land », « Forgotten land » (Kylian), « Sonate » (Béjart), « The grey area », « The sweet spell of oblivion », « The third light » (Dawson), « Lost by last » (Elo),…

Il est régulièrement invité à se produire lors de Galas Internationaux comme « Le Gala des Etoiles » à Paris, lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Nagano (Japon), au « Prix de Lausanne », aux « Benois de la danse », où, en 2003, il fut nominé dans la catégorie « Meilleur danseur homme de l’année » sur la scène du Théâtre du Bolshoi à Moscou. En 2009, il était invité par Marcia Haydée à Santiago du Chili, pour le gala du 50ème anniversaire de la compagnie qu’elle dirige.

Wim Vanlessen a reçu le « Prix de la Critique » du magazine « Ballet 2000 » à Cannes en 2000. Il est également honoré du titre de « Meilleur danseur de l’année » par le magazine « Dance Europe » en 2003, 2004, 2005, 2006 ainsi que du titre de « Meilleur partenaire » avec Aki Saito en 2007 et 2009.

Début février 2019, dans le Bolèro de Béjart, il livre sa dernière performance en tant qu’Etoile du Ballet de Flandres. Pour célébrer cette brillante carrière, il publie un livre sur son parcours « Dancer ». Il continue son chemin en tant qu’artiste freelance.

janvier 1, 2019

Nancy Osbaldeston, Ballet Royal de Flandres, Belgique

Nancy commence l’apprentissage de la danse à la Cardwell Theater School en Angleterre et, dès son plus jeune âge, a envie de plus… Sans cesser de suivre les cours dispensés par son école habituelle, elle se perfectionne grâce aux programmes du « Northern Ballet » et de la « Royal Ballet School », qui ouvrent leurs portes à certains élèves externes. Cette formation intensive lui donne accès à l’école de l’English National Ballet de Londres, sous la direction de Wayne Ealing, qu’elle intègre en septembre 2005. Elle est finaliste en 2006 et 3ème en 2007 du « Young British Dancer of the Year », remporte le « Molly Lake Award » en 2006, est finaliste du Prix de Lausanne en 2008 et aura la chance d’interpréter le rôle de Titania dans « The Dream » de Sir Frederic Ashton lors du Gala de fin d’année en 2008.

C’est la même année qu’elle intègre la compagnie rattachée à l’école, où elle dansera dans tous les grands ballets classiques. Petit à petit, Nancy fait sa place : on commence à la distribuer dans des rôles de demi-soliste, voire de soliste. En 2012, elle est finaliste du « Emerging Dance Award », compétition intense qu’elle remportera en 2013 grâce notamment à sa prestation dans Don Quichotte.
En 2013, son interprétation de la Ballerine dans Petrouchka lui voudra une nomination en tant que « Outstanding female classical performance ».
En 2014, avide de nouveaux challenges, elle rejoint le Ballet Royal de Flandres. Elle y est promue soliste en 2016 et Etoile en 2017.

Cette saison, elle est régulièrement invitée au Ballet de la Ville de Munich, partageant son temps entre la Belgique et l’Allemagne.